Cette informatique qui se moque des études

Document contrefait dans une bureautiqueUn diplôme saisi dans une bureautique à Lubumbashi par la police. Ph. M3 Didier

Décidément, le progrès de l’informatique aura fabriqué en même temps qu’une communauté des épanouis, un monde des fous moqueurs. C’est un principe simple d’économie : pourquoi payer plus cher quand on peut payer moins ? Un diplôme d’Etat (bac) ou d’université, ça peut se rafistoler dans cinq minutes. Et du coup, malheureux ceux qui vont se morfondre dans les facs !

Document contrefait dans une bureautique

Un diplôme saisi dans une bureautique à Lubumbashi par la police. Ph. M3 Didier

Ils ne sont pas des as de l’informatique. Pourtant ils font des merveilles : à ceux qui n’ont jamais obtenu de diplômes, à ceux qui n’ont jamais parfois été à l’université, ils délivrent des diplômes. La pratique est courante à Lubumbashi. On s’en plaint, mais il n’est pas facile d’endiguer cette nouvelle criminalité qui pousse parfois plus loin à l’aune de l’éclosion sans cesse innovante de l’informatique et des TIC (Technologies de l’information et de la communication).

Des contrefacteurs

Il ne restait que trois jours et noël arrivait. La garnison de Lubumbashi de la police nationale congolaise organisait une parade. Toutes les unités de cette police y étaient. Alors qu’il achevait sa « causerie morale », le chef de la police au Katanga recevait comme en cadeau, une démonstration de force de ses flics : dix personnes. Parmi eux, deux mordus de l’informatique. Voilà qui a attiré mon attention.vlcsnap-2015-01-10-18h55m53s119

La police les a surpris entrain de produire des diplômes d’Etat, l’équivalent du bac. Comme c’est simple de s’y prendre! Scanner un diplôme au pourcentage intéressant, avec un logiciel de traitement de texte ou d’images, les identités du vrai candidat et les remplacer par celles du demandeur. Ils sont nombreux qui recourent à ce procédé parmi les employés qui n’ont pas pu aller loin dans leurs études. Souvent, ce sont des gens qui trouvent de bons emplois et conscients de leurs limites pour atteindre certains barèmes salariaux, ils croient trouver des solutions en obtenant ces documents beaux-marchés.

Plusieurs se lancent dans cette activité périlleuse sans en mesurer les conséquences. Pas du tout d’intention criminelle. On croit trouver un emploi, disons une occupation qui rapporte un repas et si possible, un loyer ou qui résolve quelque problème.

Plusieurs sont encore bleus

Des jeunes gens arrêtés pour contrefaçon. Ph. M3 Didier

Des jeunes gens arrêtés pour contrefaçon. Ph. M3 Didier

Un jeune homme est entré en clandestinité, en fuite devant la police qui le traque. Il a obtenu en effet, des documents d’accès plutôt rare et en a profité durant de longs jours avec une rémunération assez salée dans une entreprise publique. Un petit contrôle d’un pro, le voilà en fuite. Il y a une année, aux facultés catholiques de Kinshasa, renseigne un ancien étudiant, de jeunes gens étaient renvoyés pour falsification des résultats des examens d’Etat. L’inscription à cette institution des plus sérieuses de la capitale de RDC est ouverte seulement à ceux qui ont réalisé 60% ou plus aux examens d’Etat. Voilà qui inspire des raccourcis à ceux qui en sont exclus d’office.

Il faut être rodé pour ne pas tomber dans les pièges des contrefacteurs. Les deux informaticiens de la veille de noël à Lubumbashi étaient accusés de contrefaçon, de faux et usage de faux. Cela devrait leur valoir quelques années de réclusions. La pratique elle, n’est pas nouvelle. Des diplômes ont souvent été copiés. Si le collage de la photo passeport du récipiendaire permettait de déceler facilement le vrai du faux avant, aujourd’hui, le collage et le sceau électroniques rendent difficiles l’opération. Un PC, des logiciels comme Photoshop et une imprimante suffisent pour vendre de vrai faux diplômes à ceux qui n’en ont pas eux à l’école ou à l’université.

À propos de l'auteur

Didier Makal

Journaliste qui blogue. Chercheur en communication, intéressé par les TIC, auteur. Aime la lecture et les films. Vit à Lubumbashi, dans le Katanga, en RDC.

Archives par auteur

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *