post

Merci pour le Rwanda et Foccart

Ma lettre au compatriotes Charlie Hutsiz Hollande de France

Vous n’êtes pas seulement Charlie, cher François Hollande. Je n’agirai pas comme vos compatriotes de l’Hexagone épris des miracles, si bien qu’ils en viennent à ne pas voir que vous êtes aussi Hutsi, Hutsiz. Enfin, entre compatriotes Charlies, on peut se tutoyer !

Je suis Charlie ZaIre Rwanda

Image source: www.francetvinfo.fr

J’ai dit compatriote ? Oui en effet. Au pays des Charlies, François Hollande est le président. Pas un président fondateur. Tu ne peux être ni un Chirac, ni un Mitterrand ni moins encore un Sarkozy. Jamais un Foccart ! C’est pourquoi tu as décidé que soient célébrées la clé de notre démocratie et de nos libertés : la vérité et une conscience droite. Je viens donc te dire merci pour cela. Merci surtout pour le Rwanda.

Je voudrai dire que la décision d’ouvrir la boîte de pandore, éventrer  le marabout de la France-Afrique est une preuve que tu restes un président normal. N’end déplaise à ceux qui croient le contraire. Enfin, nous te croyons, nous tes compatriotes Hutsi (Tutsi et Hutu en un !) aux mille collines et zaïrois au bord des lacs. –Mais nous n’épuiserons pas notre crédit de doute depuis ton silence sur Garissa. Malgré tout, je reste Charlie!– Après Rwanda 94 et Opération Turquoise, en effet, naquirent FDLR et plus tard Read More

post

Même Père Noël n’a pas de solution pour Beni

Père Noël était à Beni au Nord-Kivu, mais pas de joie malgré tout. Le roi de « paix » est né, Jésus-Christ, pas non plus de paix! Paix. Si seulement ce mot avait un sens, l’unique partout sur la terre. Je pensais en ce jour de noël à mon frère, à ma sœur à Beni sans être vraiment béni. Je me disais « si seulement noël peut passer en paix ! » Des coups de machettes, un nouveau massacre dans la nuit du 25 décembre près de Beni.

A Lubumbashi, à Kinshasa comme plus près à Goma, j’en suis sûr, on a chanté on a dansé, et Père Noël a fait tellement de bonheur que plusieurs ont même déversé le trop plein de leurs fêtes. Quelqu’un boit encore ses larmes, à Beni. Il a perdu tout ce qu’il avait : père, mère, frère ou enfants… sa paix. Read More