Les récents attentats au Grand Bassam et à Ouagadougou obligent l’Afrique et le monde à agir ensemble pour retrouver leur liberté. Seul, face au terrorisme international, on a beau être puissant et riche : on ne peut pas grand-chose. Libre, c’est ensemble !

Le ministre burkinabè Simon Compaoré  a proposé une coopération des pays de l’Afrique de l’Ouest dans le renseignement, lors de sa visite en Côte d’Ivoire, après l’attentat au Grand Bassam. Après coup ! Plusieurs personnes souhaitent bien plus qu’un partage d’informations. Les épreuves sont faites, malheureusement, pour que passées, les survivants et les victimes en tirent des leçons. Mais quelles leçons l’Afrique a-t-elle tirées des attentats qui ont endeuillé l’Afrique de l’Est et le Maghreb ? Voilà que les terroristes arrivent à l’Ouest et au centre ! De nouveaux défis ! Malgré les bonnes volontés qui combattent le terrorisme, l’Afrique n’a pas encore de politique et une coordination des actions en la matière. Comme le font déjà, presqu’ensemble, la France, l’Angleterre et les Etats-Unis qui qui combattent le terrorisme, seuls, des Etats africains mis à rude épreuve, sortent du silence pour se défendre. Oui, se défendre plutôt que de combattre par conviction, le mal qui s’impose : le terrorisme international qui devenu une nébuleuse. L’Afrique attend son salut de l’Europe et de l’Amérique déjà sur plusieurs fronts.

 ARA Mirades (A Majeed / AFP) | Flickr

ARA Mirades (A Majeed / AFP) | Flickr

Se taire pour se libérer ?

Qui voudrait offrir aux terroristes des papiers pour un séjour gratuit et sanglant sur son territoire ? Face à la terreur, plusieurs Etats préfèrent se taisent plutôt que de fourrer leur nez dans une campagne qui finira pour eux. La France, par exemple, a été frappée, prétendument pour s’être engagée contre Daech au Moyen-Orient, Aqmi et Boko Haram en Afrique. Après tout, il n’y « pas de pleur chez le peureux », dit un proverbe congolais. Mais que le Mali, le Burkina et la Côte d’Ivoire aient été  récemment frappés, démonte que les terroristes n’ont pas de limite. Même visant les occidentaux, ils n’ont pas épargné ces Etats qui ne les menacent pas du tout, théoriquement. La terreur, comme la violence, en effet, fait tâche d’huile et est aveugle !

Libres ensemble

Qu’ils se taisent ou qu’ils le combattent de front, face au terrorisme, les Etats défendent leur liberté. D’après leur rhétorique, les terroristes eux aussi, veulent rester libres, même dans une folie meurtrière ou dans des égarements religieux. Etre libre, chacun se l’imagine différemment. Mais la liberté reste universelle et rime avec fraternité, tolérance et égalité. La liberté forme des amitiés, elle rassemble. Une liberté non pas de nuire, mais de bâtir, de sauver et de supporter ceux qui pensent autre ment que soi.

Libre c’est ensemble. Etre un monde, un continent, et faire face au terrorisme ou à toute autre menace nous force à être ensemble. L’affaiblissement, peut-être la chute, des sécessionnistes maliens, est un signe que pour être libre, on a besoin d’être ensemble, de se souder les coudes. C’est ce qu’ont fait les alliés face à Hitler durant la seconde guerre mondiale, c’est ce font les Etats-Unis, l’Union européenne, c’est le rêve qu’ont nourri les fondateurs de l’Union africaine. Libre, c’est ensemble, de toutes façons !