Désolé honorable (député) : la chanson qui tue à Lubumbashi

Article : Désolé honorable (député) : la chanson qui tue à Lubumbashi
Étiquettes
12 octobre 2015

Désolé honorable (député) : la chanson qui tue à Lubumbashi

Il y a une espèce de révolte de vivre pauvre à côté de ses proches insensibles. Un proche ? Oui, c’en est un, un député. Seulement en RDC, les transformations des élus, parfois de rien à tout, choquent et cassent les amitiés. Alors comme dans la chanson « Désolé honorable » (député) de Tshumani Adassa, on peut se régler des comptes.

 « Mes frères ouvrez les yeux ! Cette année, avant de voter, qu’on ne nous trompe plus. Que ceux qui distribuent polos, pagnes et chinchards, qu’ils ne nous trompent plus ! »

Concert de musique sur Désolé honorable de Tshumani. Source; Tshumani
Affiche de concert de Tshumani

C’est rare qu’un musicien de RDC parle aussi ouvertement de politique. Dans cette incubation de rêves, de l’endormissement peut-être, selon l’ironie à peine voilée de l’artiste musicien, l’amour n’attire plus assez.

 « Je chante les faits de la société, la réalité » explique le musicien. Il poursuit : « Que l impact aurait une chanson de Koffi Olomide ou Fally Ipupa, mes grands frères, s’ils chantaient des choses comme ça ? »

Une chanson pour les élections

« Désolé honorable » appel à ne pas recevoir et même de l’écouter, lors des élections prochaines, « quel que soit son message », un député qu’on ne revoit qu’à la fin de son mandat. Le train de vie du député, celui d’un prêtre[1] importune presque. Surtout quand certains apprennent que c’est avec l’argent du peuple.

Alors, dans le clip, Tshumani qui passait avec son copain se charge de régler les comptes de son peuple. Il dit ses 4 vérités au député (honorable). « Honorable, tu reviens encore ! »Tshumani pense que sa chanson est bonne pour les élections et peut intéresser plusieurs pays d’Afrique.

Désolé honorable

« Désolé », le sort du député insensible est scellé : « Quel que soit son message », il ne sera pas écouté. A Lubumbashi, « désolé honorable » fait un buzz, loin du net. On la trouve sur presque tous les médias, sur les téléphones portables et bientôt, un slogan que se partagent allègrement même des vendeurs ambulants : « désolé » !

Tshumani, auteur de la chanson Désolé honorable (député)
Tshumani Adassa, Photo M3 Didier, octobre 2015.

Le succès de cette chanson tient aussi au niveau du swahili utilisé par l’artiste : à la limite du trivial, du vulgaire. Tout le monde le comprend bien.

« Unakitoka[2] ntumbo, mumakuta ya peuple.Unatoka prêtre, kisha una négligé ba peuple » (traduisez du swahili : « Tu pousses un gros ventre, avec l’argent du peuple. Te voilà « prêtre », puis tu négliges le peuple. Tout ce que tu es aujourd’hui, c’est grâce au peuple ! »

En vain, il a beau rappeler qu’il est frère, fils du quartier : « Cette fois je vais faire… ». La réponse c’est « désolé ».

Pas seulement ainsi « ingrat » pour ses électeurs, honorable député dormait aussi au Parlement pendant que ses collègues défendaient les intérêts de leurs électeurs. La question est évoquée souvent pour remettre en cause les capacités intellectuelles de certains élus à réellement participer aux travaux au Parlement. Mais où ils sont le plus attendus, c’est sur leurs promesses électorales.

« Ils ont beaucoup promis, les députés. Mais on n’a pas vu grand-chose », explique Patient, un habitant de Lubumbashi pour qui Tshumani chante ce qui est vrai.

Pour Mwanza, une quarantaine, marchand ambulant, Tshumani défend des faibles comme lui.

« Si tu gagnes aujourd’hui, intéresse-toi aussi à ton prochain. Nous, on nous traque, même par les gens que nous avons élus. « Si tu as un gros ventre, c’est grâce à nous le peuple » », paraphrase-t-il dans le refrain de la chanson.

Une tonalité politique

Certaines personnes essaient de voir dans le discours percutant de Tshumani un engagement politique. Auteur de Bina kua nguvu, « ça devient difficile » où il constate (2011) que politique, enseignement, et même les couples : « Je trouve mon épouse avec son mari »…  tout cela se compliqueà Lubumbashi ! En 2009, il chantait « Paka bo », « toujours les mêmes ». En 2014, il a lançait « Shi mutuachiye mpepo », « laissez-nous respirer » ! Eh oui, comment ne pas se risquer de sentir cet artiste un peu politique ?

Mais Fidèle Tshumani Adassa s’en défend, reconnaissant néanmoins sa musique « révolutionnaire ». Il poursuit : « Je n’ai même pas envie d’être politicien. A moins que ce soit un destin. Car on n’y échappe pas. »

Echo chez les politiques

« Désolé honorable » promet de trouver un succès plus duratif encore au regard de l’écho qu’il fait déjà même dans les milieux politiques. Samedi 3 octobre, lors d’une manifestation publique à Likasi, ville natale de l’artiste, à 120 km de Lubumbashi, un vice-ministre présentait un député au public venu l’écouter : « Celui-ci n’est pas comme ceux que vous avez chantés, ceux qui dorment au Parlement. »

A Likasi, Tshumani a commencé sa carrière comme danseur, puis accidentellement chanteur rumba, il se façonne un style à Lubumbashi, déjà en tant qu’étudiant en droit. Selon Tshumani, « les députés compétents » l’appellent et le félicitent. « Ils me disent, petit, tu as dit des choses réelles. »

[1] Pour être vu des gens comme quelqu’un de haut niveau.

[2] En swahili de Lubumbashi, le « ki » ainsi inséré dans le mot est péjoratif, dédaigneux. Il renvoie à un personnage d’une grosseur qui répugne ou dont on se moque. un prêtre.

Partagez

Commentaires

Serge
Répondre

Génial !

Michel Mika
Répondre

Ce Garçon A Du Talant Vraiment. J'aime Bien Ses Musiques,parce Que Dans Ses Musiques Il Y A Un Message Très Très Capital. Sans Oublier Sa Chanteuse Charleine, Une Fille À La Voix Qui Cloche. Ceux Qui Critique Fidel Tshumani Sont Des Ennemis.Je L'aime Bien.