Kinshasa en guerre contre Internet

Article : Kinshasa en guerre contre Internet
17 juin 2016

Kinshasa en guerre contre Internet

Je ne sais comment le gouvernement congolais entend améliorer son image de démocratie en décourageant les internautes par des prix prohibitifs. Comment croire au discours de l’émergence, vendu sans cesse, si en même temps on s’attaque à un de ses symboles phares de cette émergence : Internet ?

La phobie des autorités congolaises pour Internet n’est plus un secret. Elle franchit bientôt le rubicond. Tenez : quand les utilisateurs avaient 60 Giga octets à 100 USD, ils n’en ont plus que 6, chez les Télécoms, principaux fournisseurs d’accès. Les petits utilisateurs, mais les plus nombreux, n’obtiennent plus que 65 Mo, soit environ 15 minutes de connexion (applications souples comme les mails) où ils avaient 200 Mo. La pression est intenable, les internautes râlent.

Dis-moi ta politique d’Internet, je te dirai qui tu es

En janvier 2015, en pleine contestation populaire d’une loi électorale, les autorités congolaises avaient coupé Internet, l’accusant de de charrier la désinformation. Dans les faits, elles-mêmes bloquent les médias publics et privés les plus représentatifs. En 2011, après la dernière présidentielle jugée chaotique par l’Union Européenne, les SMS étaient coupés, accusés de diffuser la violence. Mais en vérité, c’étaient-là les derniers moyens de communication dont la population disposait et en qui elle avait confiance. L’audiovisuel local, en effet, ne rend service qu’aux dirigeants, et sert de miroir dans lequel ils se regardent.

Habari RDC, Blogueurs de RDC
Conférence à la société civile du Katanga, Lubumbashi, janvier 2016. Phtoto M3 Didier.

Voilà qu’en 2016, alors que tout le monde craint des troubles au sujet de la présidentielle de moins en moins tenable en 2016, Kinshasa se prépare à exclure les bourses menues de leur droit d’utiliser Internet. La technique aurait pu passer inaperçue si elle n’avait pas touché l’outrance. Les jeunes sont en colère, la presse aussi.

D’abord des jeunes kinois organisent un sit-in devant le siège du gouvernement dans la capitale : c’est la campagne « Nuit debout de Kinshasa ». A l’occasion, la police  ne s’empêche pas d’interpeller 4 journalistes qu’elle relâche après. Les jeunes ont fixé, en suite, un nouveau rendez-vous devant les sièges des Télécoms. C’est « Midi debout de Kinshasa », prévu jeudi 16 juin. Enfin, le même jour, l’Union de la presse du Congo appelle à un « Lundi sans presse et sans crédit de téléphone » jusqu’au retour à la normale.

Quelle honte que de s’attaquer à Internet !

Des grandes économies mondiales consentent de grands investissements dans les TIC en vue d’accroître les emplois. Mais les petites économies ont parfois leurs logiques à elles, comme ramer à contre-courant. Et on rêve quand même de l’émergence !

Habari RDC, Blogueurs RDC
Les blogueurs de Lubumbashi au cours d’une conférence à la société civile du Katanga, 21 novembre 2015. Photo M3 Didier

Émergence, en effet, ça rime aussi avec Internet et les TIC. Mais dans un Congo où même les ministères ne sont pas informatisés, alors que la fibre optique attend devant leurs portes, cela n’étonne pas. Interne joue à peu près le même rôle qu’un gadget ou une décoration de son salon. En RDC, on innove pour en mettre pleins les yeux, les voisins. Non pas pour se développer. Autrement, pourquoi la fibre optique congolaise ne profite-t-telle guère aux masses ? Internet populaire ou massif, c’est un lointain rêve au Congo. Pourtant, c’est par ce procédé que le pouvoir public devrait assurer, ne fût-ce que minimalement, la redistribution des bénéfices de ce projet d’Internet qui a coûté plus des millions (détournés) que jamais dans autre des 14 pays connectés à Internet par fibre optique (projet Wacs).

Je pense qu’en RDC, les dirigeants devraient apprendre qu’ils travaillent avec l’argent du peuple et qu’ils lui doivent des comptes.

Mais hélas, accéder à Internet reste encore vu comme une gentillesse des dirigeants. S’ils veulent, ils connectent. S’ils veulent, ils coupent ! C’est honteux de se montrer non adapté au temps qu’il fait. Internet est un symbole. Et on ne s’attaque pas sans conséquences aux symboles.

Partagez

Commentaires