15e sommeil de Francofolies

Article : 15e sommeil de Francofolies
29 novembre 2014

15e sommeil de Francofolies

Français ma chère la langue, je t’aime mais…

C’est parti pour le 15e sommeil de Francofolies ! Devant mon petit écran ce 29 novembre, entré par effraction (je n’y ai pas trouvé ma place) dans Dakar tout séduisant j’ai vu des femmes, des hommes, des enfants. J’ai entendu chanter, j’ai entendu crier, j’ai vu parler Joseph Kabila, François Hollande, Paul Bya, Abdou Diouf et Macky Sall. Je les ai tous entendu, puis je me dis : voici nos folies. Il n’y a pas du mien, pas du nôtre. Même notre français n’y était que partiellement. La première est le français ! La francophonie sommeille. Le français, ma langue, notre langue. Je t’aime et nous te nourrissons de nous-mêmes : nous voici en toi, es-tu entré en nous ? Kirundi, Uruund, Swahili, Lingala, Kikongo, du wolof… ! Zaïre, Cameroun, Sénégal, Madagascar… voilà qui t’embrassent ! Le bon et beau français, il a les tonalités de nous, de chez nous, de partout. Il est universel mais n’oublie pas Paris. Je ne l’ai pas vu, on ne l’a pas dit là… il est resté à Beni, en Guinée forestière, très loin de Bambari…

Dakar, Source: @africa24tv
Dakar, Source: @africa24tv

Tu es beau comme ça, tu es drôle comme cela, le Français langue comme le Canada l’aime, une culture comme l’Hexagone l’entend. Tu es une vie comme l’Afrique le veut. Pourtant, tu n’es qu’une langue. Voilà une folie. Comprendras-tu enfin, un jour, qu’une langue ceint et fait un ? Tu es une glissade qui moule dans un métissage christoforme, allahïforme : Antananarivo, Kinshasa, Libreville, Bamako et même le Caire ! Voilà jusqu’où tu me mènes. On peut aussi s’envoler, on peut aussi voir dans la nuit la Ville lumière, on peut arriver au pays du genre et dire sans honte « une avocate » sans gifler Molière ! Tu es aussi aimé des fils de Shakespeare et ta beauté va croissant… Chant, danse, photos, cocktail Mais regarde ô notre passion, combien on est simplement « diseurs » et rarement « faiseurs ». Mon cœur me dit une chose, la même qui te colle ma très chère : à Dakar comme il y a quatorze sommeils de Francofolies, on va danser, chanter, se photographier et enfin, des photos vont circuler sur la toile. Elles sont là déjà avant même que tout ne commence, vois-tu ? Du folklore et c’est tout. Deuxième folie.

Ecole, Dungu-centre, en Province Orientales. ource radiookapi.net
Ecole, Dungu-centre, en Province Orientales. ource radiookapi.net

On sommeille il y a voici 15 ans De Gaul, D’Estaing, Chirac, Hollande, Gabon, Zaïre, Côte d’Ivoire… bien trempés dans le Gabon-France de la France-Afrique ou de l’Afrique-France-Gabon-Zaïre ivoiriens… tout est pareil ma belle ! On sommeille encore. Le 15e sommeil de Francofolies est une honte, une drôle des folies, un mal qui nous ronge. On a cité des lieux, annoncé des intentions, c’est fini. On n’a rien dit ce samedi. Kabila n’a rien dit, Hollande non plus. Macky Sall commence somme ses pères de Francofolies. Cela ne te dit rien ? Le Mali pourrait ne pas venir, Dakar 15e sommeil pouvait capoter si les urines de la chauve-souris, si la salive du singe de la Guinée en quarantaine, était venue à la Francophonie. Oui, ici chez nous en Forestière, c’est une folie. Nous n’avons pas regardé le direct de RTS. Seul moi, je me suis entêté. Mais j’ai eu tort. Puisque je m’ennuie de voir tout ce beau lux d’une beauté qui n’existe qu’en capitales et aux jours de séduction et de parfums ! De la poudre aux yeux, on connaît la chanson. Cette beauté n’est pas pareille à la tienne, ô ma langue. Tu es cette beauté qui, en trois mots, tu appelles mieux qu’une espérance : démocratie. D’ailleurs, c’est ta francophonie qui est le cimetière, le cimetière où repose ce qui depuis 1879 a porté toute ta beauté : liberté, égalité, fraternité. C’est à jamais fini. Tu les a couvert d’un linceul lugubre : la stabilité. Tu sais ? On me dit souvent que tu fais la honte au monde. Tes enfants sont des plus indisciplinés, au top de l’instabilité, de la pauvreté et de gouvernance peu recommandable.

S’il te plaît

Je t’en prie,

réactive nos liens,

revivifie ce mariage

Reconstruis cette famille et surtout

Fais que la langue engendre une communauté

Que la communauté vive

Par des actes.

Partagez

Commentaires