Beni, on dira bientôt de toi béni de Dieu

Article : Beni, on dira bientôt de toi béni de Dieu
Étiquettes
10 décembre 2019

Beni, on dira bientôt de toi béni de Dieu

Les cœurs écartés, en ce décembre pluvieux

Et nos yeux toujours en crue ne trouvent guère 

de grève où crier enfants bénis, quand Beni galère 

Ils ne trouvent naguère une once des jours heureux 

Nous n’irons ni pleurer sur nos tombes

Nous n’irions jamais quémander auprès des vendeurs d’armes 

Un peu d’airs qui soufflent sur nos âmes 

Quelques airs qui rappellent leurs bombes.

Nous irons jusqu’au bout de notre fierté 

Sans barge ou avec rien du tout

Pour que toutes les fripouilles hors d’ici jetées, 

Sur les tombes, enfin, de leurs bombes renaisse tout.

Nous allons pour toujours sur les cimes de leur honte

En lettres dorées rappeler cette inexorable fonte

Des calottes de leur rapacité qui bientôt gît 

Sous la sale histoire de leur idiotie qui bientôt finit.

Alors je dis à Beni, tu es malgré tout béni 

Rien ne m’empêche, même l’âme congelée 

De voir demain les faiseurs de ces morts entremêlés

À genou et à jamais nous supplier parce que de Dieu Bénis.

Partagez

Commentaires

Jean-Chrysostome Tshibanda
Répondre

Il y a bien longtemps que je n'ai lu quelque chose de si beau, de si fort écrit par un poète congolais.

Didier Makal
Répondre

Merci beaucoup cher JC Tshibanda.